Vous êtes ici

Le chauffage dans le bâti ancien

La Lozère est le département possédant la température moyenne la plus basse. Si la dépense énergétique liée au chauffage est importante, le retour sur investissement y est également plus rapide. Le choix d’un chauffage est donc un élément essentiel et cette décision ne doit pas être prise à la légère.
 


Les équipements de chauffage ont vu leur rendement considérablement augmenté au cours des dernières années.

Remplacer les équipements de chauffage dans le bâti ancien constitue généralement une mesure très efficace pour réduire la consommation énergétique du logement.

Les équipements de chauffage ont vu leur rendement considérablement augmenté au cours des dernières années.

Changer son installation de chauffage implique d’abord de procéder à une analyse globale des performances thermiques de l’enveloppe.

Dans une démarche cohérente, il convient de procéder à une amélioration thermique du bâti ancien avant d’installer des équipements nouveaux, afin de réduire les consommations de manière significative et de bien dimensionner l’installation de chauffage.

Le bois est fréquemment utilisé dans le bâti ancien, comme énergie principale ou secondaire de chauffage. C’est une source d’énergie parfaitement compatible avec une démarche de conception écologique.

Les émetteurs existants à forte inertie (radiateurs en fonte, poêle à bois,...) en plus de constituer parfois une valeur patrimoniale à eux seuls, présentent une forte inertie et procurent un confort satisfaisant. Il est tout à fait possible de les conserver et de les intégrer dans une installation de chauffage plus récente.

Les conduits de fumée existants permettent généralement de raccorder les systèmes de chauffage récents, sans devoir effectuer de nouveaux percements intempestifs en façade ou en toiture.

Les systèmes de production anciens ont souvent un mauvais rendement. Ils peuvent être remplacés par des équipements bien plus efficaces.

La régulation / programmation du chauffage sont souvent déficientes, voire absentes. Des économies d’énergie importantes peuvent être réalisées simplement en optimisant le fonctionnement de l’installation.


 

D’une manière générale, lors du remplacement du système de chauffage, le principe consiste à :

  • améliorer le rendement de la production existante,
  • exploiter au mieux les réseaux existants (tuyauterie) dans la maison;
  • recourir préferentiellement aux énergies renouvelables, quitte à varier les sources.


Le chauffage à effet Joule (ou éléctrique) est à employer uniquement si des travaux d’isolation ont été faits sur l’enveloppe pour réduire les déperditions. Dans ce cas, il convient d’installer des systèmes de radiateurs rayonnants (plus efficaces, procurant un meilleur confort et adaptés à l’inertie du bâti ancien) en lieu et place de convecteurs électriques.


 

Il est très rentable de remplacer une chaudière à combustible ancienne par une chaudière contemporaine à condensation, dont le rendement théorique dépasse les 100%.

Les économies générées peuvent atteindre alors environ 20% par rapport à la situation initiale.

Les principaux points à étudier avant d’opter pour une chaudière à condensation.

1/ Il faut d’abord vérifier que les émetteurs en place peuvent supporter ce type de chaudière: les radiateurs doivent pouvoir fonctionner à des températures d’eau de chauffage assez basses (50° au lieu de 80° dans le cas courant). Les radiateurs anciens en fonte sont l’idéal.

2/ Par ailleurs, concernant le positionnement de la chaudière, une installation dans le volume habitable est préférable pour éviter les pertes de distribution. Dans le cas contraire, une attention particulière sera portée à la bonne isolation des réseaux.

3/ Enfin, le système d’évacuation des fumées sera, autant que possible, intégré dans les conduits de fumée existants. A défaut, les sorties devront rester les plus discrètes possible.


 

Le chauffage au bois fait appel à une source d’énergie renouvelable. Il peut être utilisé comme source principale. Nous parlons ici de chaudières à granulés ou à plaquettes par exemple, en remplacement d’une ancienne chaudière au fioul. Le principal problème est de pouvoir disposer d’un espace important (8 m 3 minimum de granulés bois) pour mettre en place le silo de stockage du combustible. Il peut être utilisé aussi comme source d’appoint. Nous parlons ici de poêles à bois contemporains, qui atteignent des rendements importants. Selon la forme et la disposition du logement, ils peuvent alimenter plusieurs pièces. Ils sont généralement utilisés en appoint mais sont souvent suffisants en dehors des périodes de grand froid.

D’une manière générale, dans le bâti ancien occupé de façon régulière, il convient de privilégier des systèmes d’émission par rayonnement plutôt que par convection: radiateurs en fonte ancien, radiateur moderne à accumulation, plancher rayonnant ou mur rayonnant. Ces deux derniers systèmes peuvent être facilement mis en oeuvre lors de travaux d’isolation sur les murs ou les planchers.

Le principe est ici d’exploiter l’inertie du bâti ancien en utilisant ses parois comme système de stockage de la chaleur pour son confort thermique. Le ressenti est alors très satisfaisant puisque l’effet de paroi froide est supprimé. Et pour l’énergie consommée, le fait d’exploiter la masse des parois comme accumulateur de la chaleur permet de réduire significativement les plages de chauffe (en dehors de celles-ci, ce sont les parois qui prennent le relais et distribuent les calories au logement).


 



En savoir plus avec les fiches pratiques de l'Ademe :

Chauffage et eau chaude collectifs
L'entretien des chaudières
Le chauffage, la régulation, l’eau chaude

Lozère Energie dispose d’un centre de ressources qui comprend de nombreuses références bibliographiques (ex : poêle de masse,…). Venez les consulter sur place.

Lozère - le département